Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ROCK IN THIONVILLE Bienvenue sur le Rockin' Blog de Rock In Thionville qui, depuis mars 2020, soutient la scène locale sur le secteur de Thionville et environs ! Ici, on monte le volume à 11 et rock'n'roll ! 🤘

🔴 ECHOS - ROCK INTERVIEW (SIERCK-LES-BAINS)

Rock In Thionville
🔴 ECHOS - ROCK INTERVIEW (SIERCK-LES-BAINS)

UNE SEMAINE-UN ARTISTE

[CONFINEMENT-SEMAINE 8]

ROCK INTERVIEW

Par Rock In Thionville - Mai 2020

 

 

ECHOS-

COCKTAIL METALOROCK !

 

 

Echos, inévitablement les Rock Fans ne peuvent s'empêcher d'entendre quelque part au fond de leur mémoire la célèbre note façon sonar de l'intro de Richard Wright, clavier de Pink Floyd. Bip !... Bip !... Bip !...
L'Echos, c'est aussi un phénomène de réflexion du son. Une nymphe
éponyme de la mythologie incarnerait ce phénomène...
D
ésole pour les mordu(e)s du Flamand Rose ou de l'effet sonore à répétition obtenu par une pédale de delay, Rock In Thionville a choisi de vous parler d'ECHOS-, le groupe local au son 50% rock et 50% metal qui ne rend pas si sourd que cela... Bien au contraire.

 

 

 

ROCK’N’ROLL HIGHSCHOOL


En 2013, trois jeunes sierckois âgés d'une quinzaine d'années, décidèrent de former le groupe de rock/metal Echos-. Changements de line-up, bonne poignée de concerts et une sacrée dose de volonté ont permis à Echos- de se stabiliser autour de :

- Matthieu METZ (guitariste et chanteur)
- Jérôme BENNET (guitariste et choriste)
- Romain BOUR (bassiste)
- Nathan HERMITTE (batteur)

 

 

Loïck, auparavant guitariste puis bassiste, contraint de se retirer du groupe pour des raisons purement professionnelles restera très proche de ses anciens partenaires musicaux.
 

 

LE SON ECHOS-

 

Les membres d'Echos- décrivent leur combo comme "un groupe de rock/metal qui ne cesse d’évoluer tant dans la construction de sa musique que dans son développement auprès du public. Notre musique entraînante par ses textes engagés reste un doux mélange de riffs percutants, d’arpèges mélodieux, de basses structurées et de rythmes poignants. Notre rock français et notre metal américain proviennent des influences diverses des 4 membres."
 

Attiré par la bonne odeur de rock et de métal se dégageant de leur bouillonnant album "Le Son Des Sourds" et suite à la lecture de ces mots du dossier de presse, Rock In Thionville n'a pas tardé à contacter Echos- via Messenger pour cuisiner le quatuor a sa manière.

Rock Fans, Echos- l'interview, c'est pour
vous, maintenant !

 

 


R.I.T : Pourquoi le nom d'Échos- ?

ECHOS- : C'est un nom qui date de l'époque où on était au collège (les membres fondateurs). On a commencé à jouer de la musique ensemble et quand il a fallu  trouver un nom, Henri, le chanteur à l'époque a proposé "Echos". Ça sonne bien, c'est facile à prononcer et on peut faire plein de jeux de mots avec : "Echos-logie, Echos-nomies, Echos-graphie". On trouvait ça cool et le nom est resté depuis presque 10 ans maintenant.
 


 

R.I.T : Quelles sont les influences musicales du groupe ?
ECHOS- : Ce qui est bien, c'est qu'on a chacun nos influences. Au début, on se situait plus dans un groupe de neo-metal avec beaucoup de rap dans le chant, du hip-hop dans un jeu de batterie, un peu à la Limp Bizkit. On a essayé beaucoup de choses, on a même mélangé un peu de reggae ! Maintenant, ce qu'on écoute est beaucoup plus varié et c'est vraiment génial de s'inspirer de plein de styles différents pour composer (rock français, métal industriel, djent, metalcore, trap, funk...) .

 

R.I.T : Vos paroles abordent différents sujets de société (Le monde du travail, la place de l’homme dans la société, les violences faites aux femmes etc.), Echos- est-il un groupe engagé ?
ECHOS : On n'a jamais voulu s'identifier comme un groupe engagé, sûrement parce que ça n'apporte pas que des bonnes choses. On voit des choses, on pense, ça nous affecte, on en parle. Finalement, c'est très personnel comme approche.

 

R.I.T : Des projets pour l'après confinement ?
ECHOS- : On a composé pas mal de nouveaux morceaux pendant le confinement, et même avant. On est impatient d'aller enregistrer tout ça et de le présenter en live. Donc je pense qu'après le confinement, on va déjà tous se voir et boire une bonne bière, en respectant les gestes barrières et en discutant de comment préparer la suite.

 

 


R.I.T : Vos coups de cœur concernant la scène locale actuelle ?

ECHOS : Dans le coin, c'est rempli d'artistes hyper talentueux. On a beaucoup de chance. BRIDGE OF SOULS a sorti un album récemment, allez écouter, c'est vraiment cool ce qu'ils font !

 

 


R.I.T : Pourquoi le choix de Jordan Kiefer a la production de l'album

ECHOS- : La question ne s'est même pas posée. Jordan est avant tout un ami. On connaissait la qualité de son travail et quand on a commencé à enregistrer "Le Son Des Sourds" on s'est directement tourné vers lui. Jordan a toujours été proche du groupe depuis le début. Il nous connaît bien et nous pensons que ça joue beaucoup que ce soit lors de la prise de son, du mix ou du mastering. Il a su nous cerner directement. Il tourne avec beaucoup de groupes en tant que batteur alors il connaît les deux facettes : celle de musicien et celle d'ingé son.
 

R.I.T : Quand et où l'avez-vous enregistré ? En combien de temps ?
ECHOS- : Les batteries ont toutes été enregistrées chez Jordan, dans son studio.tandis que les guitares et les voix chez Jérôme, notre  guitariste et la basse chez Nathan, le batteur. Nous avions enregistré beaucoup de morceaux et au final, on ne les a pas gardés. Il y en a d'autres qui sont arrivés ensuite. Je crois qu'on a commencé l'enregistrement en 2016 et on a terminé en 2019. On y a passé vraiment beaucoup de temps. C'est notre premier bébé !

 

 

 

R.I.T : Comment procédez-vous pour l'écriture des morceaux ?
ECHOS- : Avant, on composait en répétition. Quelqu'un balançait un riff et on construisait notre musique comme ça. Les paroles venaient assez rapidement en général. On a vite trouvé les limites de cette méthode de composition en ce qui nous concerne. Cela prend du temps, ce n’est pas efficace, on oublie ce qu'on a fait et on simplifie toujours au maximum. Maintenant qu'on est chacun bien équipé en matériel, on se réunit tous chez Matthieu pour composer le riff de base qu'on enregistre directement pour en faire une pré-prod. Ensuite, chacun enregistre sa partie à la maison. Donc beaucoup d'échanges. C'est tellement efficace et ça nous permet d'essayer beaucoup de choses auxquelles on n'aurait pas pensé sans avoir de recul.


R.I.T : Les textes sont-ils écrits en fonction de la musique ou sont-ce les textes qui influencent la composition des morceaux ?
ECHOS-  : Ça dépend, on écrit un peu tous les paroles. Beaucoup des derniers morceaux sont écrits par Jérôme parce qu'il a en lui la texture qu'on veut donner aux prochains morceaux. La moitié du temps les paroles sont écrites avant le reste de la musique. Pour l'autre moitié, c'est l'inverse.

 



R.I.T : Un mot sur la pochette de l’album. Qui l’a designée ?
ECHOS- : L'idée, c'était d'indiquer explicitement "Le Son Des Sourds" sur la pochette. C'est assez rare d'avoir directement une photo pour une pochette d'album mais c'était ce qu'on voulait faire. C'est de moins en moins vrai avec le streaming, mais quand tu achètes un album, tu vois la pochette avant d'entendre ce qu'il y a sur l'album. Il fallait que ça tape à l’œil, que ça soit différent. On a travaillé avec Olivier Donner et son frère Nicolas pour la photo  sur la pochette, ils ont toujours des idées de fou pour les lieux et les effets. D'ailleurs, ils ont fait toutes les photos qu'on voit dans l'album et on continue de travailler avec eux. Le reste, c'est Nathan, notre batteur qui l'a fait.


R.I.T : Que signifie "Le Son Des Sourds" ?
ECHOS- : L'une des premières chanson qu'on a composé avec Echos- s'intitule "Deaf's  Sound", elle n'est pas dans un Anglais irréprochable. A l'époque ce n'était pas voulu mais on n'a pas voulu y toucher. Malgré une traduction hasardeuse, en français ça veut dire "Le Son Des Sourds", c'est notre premier album, il porte le nom d'une de nos premières  compositions... Tu vois où je veux en venir ? C'est comme un hommage ah ah !

 

Merci à Echos- pour les belles photos, les infos, le press-book etc. ! o:)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires