Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ROCK IN THIONVILLE Bienvenue sur le Rockin' Blog de Rock In Thionville qui, depuis mars 2020, soutient la scène locale sur le secteur de Thionville et environs ! Ici, on monte le volume à 11 et rock'n'roll ! 🤘

🔴 HOPESCURE : ENTRE ESPOIR ET OBSCURITE - Rock Interview (France/Luxembourg)

Rock In Thionville

ROCK INTERVIEW

Par Rock In Thionville - AOUT 2020

 

GROUPE : HOPESCURE (France/Luxembourg)

STYLE : Atmospheric Progressive Metal

DISCOGRAPHIE : Premier album "Nostalgia Part. 1" sorti le 21 Février 2019

 

Fondée en 2016, la formation se compose de Kevin Roy à la guitare, Andy Abrantes au chant, Patrice Diasio à la basse, Alexandre Klein à la batterie.

 

HOPESCURE :

ENTRE ESPOIR ET OBSCURITE

 

"Hopescure est un groupe Franco-Luxembourgeois fondé en Décembre 2016 par les 4 membres actuels.
Le groupe de métal progressif combine son inspiration dans la musique de films avec le genre du rock progressif.
Il propose des compositions riches incluant des riffs lourds soulignés par des lignes mélodiques s’inscrivant dans la lignée de Dream Theater ou de Myrath ainsi que des morceaux très atmosphériques dans l’esprit de Porcupine Tree ou Opeth.
Tous passionnés par la famille du progressif, ils combinent leurs influences variées pour un projet ambitieux : écrire le premier album.
Durant la première année, les premières compositions virent le jour avec pour projet de trouver un claviériste pour enrichir les morceaux.
Des mois plus tard, le recrutement fût plus difficile que prévu. Il devint alors indispensable d’écrire les parties de ce 5e membre pour l’avancée de l’album.
Cette tâche fût confiée à Andy qui y mit beaucoup de temps et d’énergie.
Avec la supervision du reste du groupe et grâce aux connaissances techniques de Kevin, le résultat leur sembla très satisfaisant et ils décidèrent de rester 4 au sein du groupe en utilisant un backing track. Ce choix retardera le processus d’écriture mais permettra au groupe d’inclure une orchestration et une atmosphère unique aux morceaux.
L’année 2018 fût dédiée à la composition et à l’enregistrement des démos. L’alchimie entre les membres du groupe permit une grande productivité de composition. Si bien, qu’un double album fût mis en avant; une idée qui a été mise de côté par soucis de temps et de moyens logistiques quelques mois plus tard.
Après 2 ans de formation, Hopescure commence à exister publiquement avec la mise en ligne de leur page facebook suivi d’un teaser annonçant la sortie prochaine de l’album Nostalgia Part 1.
Début 2019 : un premier concert leur permet d’avoir un retour du public pour décider du choix des morceaux à mettre sur le 1er album.
De Avril 2019 à Octobre 2019 : production de leur premier album Nostalgia Part 1.
Entre les enregistrements en studio et la supervision du mixage aux Etas-Unis, ils effectuent plusieurs concerts en compagnie de Worst DNA, Arduinnna’s Dawn et bien d’autres ce qui leur permis de développer leur jeu de scène.
En Novembre 2019, alors que le mastering de l’album est en cours, le groupe tourne son premier clip vidéo. 
Décembre 2019 : l’album étant terminé, Hopescure a booké sa date de release pour le 21 Février 2020.
Avançant sur des bases solides, les 4 musiciens sont passionnés, ambitieux et motivés. Hopescure aime partager sa musique et rencontrer son public pour son enrichissement professionnel et personnel."


Oh yeah, les Rock Fans, avec grand plaisir Rock In Thionville a pu joindre cet excellent combo pour une ITW dans laquelle il est question de pas mal de choses que l'on vous laisse découvrir dès à présent. HOPESCURE par ROCK IN THIONVILLE, c'est ici et maintenant ! GOOOOO !!!!!!

 

Salut HOPESCURE ! HOPESCURE, pourquoi ce nom ? Une relation entre l’espoir et l’obscurité ? 
C’est ça, on trouvait le jeu de mots assez cool ! À l’origine, nous étions partis sur un autre nom mais malheureusement il était déjà pris. On s’est dit qu’il nous faudrait un nom un peu différent et au bout d’un long débat c’est « HOPESCURE » qui l’a emporté.

 

Qui sont les membres d’HOPESCURE. Etiez-vous dans d’autres groupes avant de fonder HOPESCURE ? 
HOPESCURE a été fondé en 2016 par Kevin Roy à la guitare, Patrice Diasio à la basse, Alex Klein à la batterie et Andy Abrantes au chant.
Bien avant cela, Andy était chanteur dans un autre groupe. Kevin ayant vu une vidéo, il entreprend de contacter Andy au sujet de certains trucs de guitare que celui-ci vendait. Les deux sont devenus amis au fil des années. Ils envisageaient de faire de la musique ensemble mais l’opportunité ne se présentait pas (pour raisons de planning, études…). Mais finalement, en 2016, ils ont estimé que le moment était venu et évidemment, en tant que grands fans de Dream Theater, ils savaient que leur musique devait aller quelque peu dans cette direction. Peu après Kevin (guitare) et Andy (chant) ont trouvé Alex (batterie) et plus tard Patrice (basse) pour former le groupe.
Patrice évoluait dans un groupe de rock metal (God Riding Shotgun) et également dans un groupe de covers pop/rock avec Kevin (guitares)… C’est d’ailleurs par ce biais que Patrice a rejoint HOPESCURE. La recherche d'un claviériste à l’époque étant restée infructueuse il a été convenu qu'Andy allait devoir reprendre ce rôle, puisqu'il joue un peu de piano, de guitare et d’autres d'instruments. HOPESCURE a ensuite composé ses premiers titres et les orchestrations ont été écrites par Andy avec l’aide de Kevin 

 

Quels sont vos objectifs à atteindre avec HOPESCURE ?
On n’a pas d’objectifs précis, on est conscient que vivre de notre musique serait très compliqué, c’est pour ça qu’on a tous un job à côté. Mais on n’a pas spécialement de limite, on vise le maximum pour partager notre musique.

 

Quelles sont vos influences ?
Nous écoutons tous toutes sortes de trucs différents, du heavy metal à la musique classique pour ainsi dire. Il y a tellement de genres musicaux intéressants et personne dans le groupe ne veut se limiter à un seul aspect.
Andy (chant) par exemple aime la musique traditionnelle orientale, arabe ou même asiatique, c’est même un grand fan de Céline Dion… 
Et comment ne pas mentionner Hans Zimmer qui est l’un des meilleurs auteurs de musique de notre époque. Ce n'est qu'un exemple de la diversité de nos goûts musicaux. Bien sûr, notre genre de prédilection reste le rock progressif. Nous avons donc pris cela et intégré nos goûts musicaux et nos inspirations individuelles.
Les grandes influences de Kevin sont Brian May et Santana qui lui ont donné envie de jouer de la guitare. Nous pensons que cela peut se percevoir  dans notre musique.
Des références,  encore une fois, il y en a tellement. Nous citerons principalement Dream Theater, Porcupine Tree, Opeth, Myrath, Nightwish, Within Temptation, Queen… Il y en a tant !

 

Technique sans être dans la démonstration gratuite, pleine de feeling, tantôt puissante, tantôt plus apaisée, vous qualifiez votre musique d’Atmospheric Progressive Metal. Que vous apporte l’influence de certaines bandes originales de films ?
Le musique de film intervient en général dans la recherche de son et d’ambiance mais aussi au niveau de la structure des morceaux. En effet, nous essayons de faire passer des émotions et raconter une histoire tout autant au niveau des paroles que de la musique. En prenant l’exemple de Hans Zimmer, il arrive à transmettre une émotion uniquement avec que quelques notes au piano (« Interstellar »). Pour notre album, c’est surtout la bande originale de « Gladiator » qui a fortement inspiré Andy. En écoutant Lisa Gerrard sur cette B.O., il proposait dès lors au groupe certaines parties avec un chant féminin qui rappelle un peu Lisa Gerrard, (notre titre Pain en est le parfait exemple).

 

Votre premier album « Nostalgie Part. 1 » a reçu et continue de recevoir d’excellentes critiques. ? Quelles ont été les étapes concernant la composition, la production, l’enregistrement... ?
Oui, et cela nous fait extrêmement plaisir ! Ca nous touche énormément !
Au niveau de la composition, c’est Kevin et Andy qui ont apporté des idées, structures voire des démos de titres. Puis, Patrice et Alex ont donné leurs avis sur les arrangements. Nous nous sommes laissés beaucoup de temps afin de faire « mûrir » nos chansons. Beaucoup de groupes peuvent écrire des chansons en peu de temps et ne donnent pas le temps, parfois, à la réflexion, ni aux changements. Nous voulions que notre album soit solide d’un point de vue musicale et émotionnel.
Pour le mixage et l’enregistrement, nous ne souhaitions pas que toutes les étapes de la confection de « Nostalgia Pt.1 » soient confiées qu’à une seule personne. Cela permettait d’avoir une approche externe, ouverte et peut-être fraîche, du mix et de l'album. Le processus d’enregistrement s’est déroulé dans le studio d’un ami (Jordan Kiefer) pour les pistes batterie et chant. Quant aux pistes guitares, basses et autres, cela a été effectué chez nous, étant donné que nous avions tout notre matériel à disposition. 

En ce qui concerne le mixage, nous nous sommes concertés et avons analysé où les albums que nous aimions avaient été mixés et par qui. Après cela, nous avons contacté quelques grands studios d'Europe et d’ailleurs. Nous avons décidé de confier cette étape à quelqu’un de professionnel, mais aussi versé que nous dans le genre Progressif...C’est pourquoi cette tâche fût attribuée à Eric Gillette (Neal Morse Band entre autres, multi-instrumentiste talentueux et ingénieur du son)
Le processus de mixage a été plus long que prévu, nous voulions rendre notre album aussi bon que possible. Nous sommes très satisfaits du résultat.

Le mastering a été réalisé chez Jordan (Kiefer) où nous avions enregistré en partie l'album. Cela nous a donné la possibilité d'avoir plus de contrôle sur le son final.

 

Peut-on parler de concept-album ? Si oui, que raconte « NOSTALGIA Part. 1 » ? 
Oui totalement, « Nostalgia » raconte l’histoire d’une rupture et des émotions auquel il faut faire face après celle ci. Chaque chanson est écrite sans utiliser de pronom personnel (il ou elle) de sorte que tout le monde peut s’approprier les chansons selon l’expérience de chacun.

 

Peut-on s’attendre à un « NOSTALGIA PART. 2 ?  Des projets en perspective malgré la situation que l’on connait ?
« Nostalgia » avait été initialement écrit et pensé en tant que double album. L'histoire que nous voulions raconter était plus grande pour ne l’intégrer que dans un seul. 
Mais durant le processus d'écriture des orchestrations, le projet s’était avéré tout simplement trop ambitieux et trop énorme pour que tout se passe en même temps. Il nous aurait fallu au minimum un an de plus pour terminer les titres restants et les enregistrer. Comme nous avons produit l'album nous-mêmes, cela aurait signifié le double du budget ainsi qu’un retard considérable pour diffuser notre musique à travers le monde.
Nous avons donc décidé de scinder le concept en deux parties et de ne sortir que la première moitié de « Nostalgia ». Nous travaillons déjà sur « Nostalgia Pt. 2 » (dont la majeure partie est déjà écrite) afin de clore ce chapitre et cette histoire.

 

Pour les fanatiques de matos, quels sont vos set-up ? 
Patrice (basse) : je joue une 4 cordes active Mayones Patriot (luthier polonais) et également une excellente 5 cordes active du luthier français Luthman (modèle Mystic)…J’ai également d’autres modèles de moindre facture mais utiles malgré tout (une Ibanez 4 cordes fretless...). En ampli, je joue sur tête Mesa Boogie Walkabout Pulse 300 W à lampes, et Mesa Boogie Road King cabinet 4 x 12 hp Celestion 320 W… J’ai tendance à moins m’encombrer d’effets, juste un accordeur…


Kevin (guitare) : Oula… Ca bouge légèrement mais en général j’utilise des guitares PRS (custom 22 et 24, model Chris Roberston et une 7 Cordes Cu24), j’ai aussi utilisé une Fender Strat American pro pour un partie « funky » et une Taylor pour les parties acoustique.

En studio, j’utilise majoritairement mon Axe Fx II pour les effets ainsi qu’une Cry Baby Custom Shop DCR-2SR pour toutes les wah et dès fois une MXR Zakk Wylde ou une BB preamp Andy Timmons pour booster ou colorer un peu mon son.

Pour les amplis, je suis très Mesa Boogie, pour cet album j’ai utilisé mon Lone Star Classic ainsi que mon Mark V 25. J’ai également un Vox et un Molossoid que j’aime bien aussi mais qui n’ont pas été utilisés pour cet album. Mon set-up live est beaucoup plus « simple », pour éviter de me casser le dos à déplacer mon rack et mes amplis. J’utilise actuellement un Hx Effects (Line6) pour tous mes effets avec une wah Vox et mon ampli Mark V 25.


Andy (Chant) : Normalement, c’est un Shure SM58 ou un SM58 Beta. Ca dépend de la scène. Le Beta est un peu plus brillant donc j’ai souvent recours à celui-là.

 

Quels sont les points forts d’être un combo frontalier Franco-Luxembourgeois ?
On ne sait pas s’il y a vraiment des points forts, on est surtout des potes qui se retrouvent à cheval sur deux pays (c’est une image hein...). Un avantage pourrait-être le fait qu’Andy parle de nombreuses langues, ce qui nous permet de nous présenter aussi sur d’autres marchés comme l’Allemagne etc.

 

Que souhaiteriez-vous voir mis en place pour le secteur de la musique concernant la scène locale après la crise liée au COVID-19 ?
Si on pouvait avoir plus de concerts et de festivals ce serait top ! Il faudrait des nouvelles structures d’aides aux groupes et aux musiciens. On passe tous une année assez compliquée à cause de cette crise sanitaire, donc il faut que l’on s’entraide le plus possible. 

 

Qui écoutez-vous et suivez-vous sur la scène locale ?  Des coups de cœur ? 
Patrice : Mes amis de Foggy Bottom (j’ai joué de nombreuses années avec Tof, le batteur, dans d’autres formations) et j’adore ce qu’ils font et j’ai découvert aussi, lors de la release de « Nostalgia Pt.1 », Blazon Fire…excellents eux aussi.
Kevin : Fractal Universe, Snap Border, Worst DNA
Andy : Je ne suis pas trop la scène locale

 

A chacun, vos TOP 5 albums à posséder dans une discothèque idéale ?
Patrice : 1) Dream Theater « Awake », 2) David Lee Roth « Eat’m’ and smile », 3) Iron Maiden « Life after Death », 4) Porcupine Tree “In Absentia”, 5) Opeth “Blackwater Park”…et tant d’autres…
Kevin : 1) Dream Theater « Metropolis Part 2 : Scenes From a Memory », 2) Neal Morse Band « The Similitude of a Dream », 3) Pink Floyd « The Wall », 4) Queen, La discographie !, 5) Santana « Supernatural »… et tant d’autres…
Andy : Question impossible à y répondre. Mes TOP 5 albums changent au fils du temps sans parler de ma diversité musicale. Je partirais donc du point de vue, qu’il me faudrait 1) du Céline Dion 2) du Hans Zimmer 3) du Dream Theater 4) du Anathema et 5) toute la bande sonore de "Game of Thrones". 

 

Un mot pour les abonné(e)s de la page ROCK IN THIONVILLE ?
Oui, merci tout d’abord à toi Thierry et à « Rock in Thionville ». Merci aux abonné(e))s pour leur soutien et de vous abonner à notre page Facebook : https://www.facebook.com/hopeScureOfficial/
Notre prochain concert (s’il est maintenu, Covid oblige) est prévu au MK Bar le samedi 17.10.2020, à Esch-Sur-Alzette (LU) et le 07.11.2020 au Sid Bar à Algrange (FR)… Venez nombreux et masqués !!!
D’autres devraient suivre… Restez connectés…. Merci !

 

Merci au groupe pour avoir pris son temps et pour les photos.

 

POUR EN SAVOIR +

 

✅ FACEBOOK :

https://www.facebook.com/hopeScureOfficial/

✅ INSTAGRAM :

https://www.instagram.com/hopescureofficial/

✅ BANDCAMP :

https://hopescure.bandcamp.com/releases

✅ DEEZER :

https://www.deezer.com/fr/artist/82229802

✅ SPOTIFY :

https://open.spotify.com/artist/0NvD148zD9tg0qIqwXjpzx

✅ YOUTUBE :

https://www.youtube.com/channel/UCL7HJwkA7Lvuj-RM9JzL4ZQ

HOPESCURE A THIONVILLE (08. 10. 2020) lors de la Worst Party à l'occasion de la sortie de l'album "Polaroïd" des WORST DNA.HOPESCURE A THIONVILLE (08. 10. 2020) lors de la Worst Party à l'occasion de la sortie de l'album "Polaroïd" des WORST DNA.
HOPESCURE A THIONVILLE (08. 10. 2020) lors de la Worst Party à l'occasion de la sortie de l'album "Polaroïd" des WORST DNA.

HOPESCURE A THIONVILLE (08. 10. 2020) lors de la Worst Party à l'occasion de la sortie de l'album "Polaroïd" des WORST DNA.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires